TERRE D'OISEAUX

TERRE D'OISEAUX

Les Guêpiers

 

Les guêpiers : acrobates multicolores du ciel

 

 

 

   IMAGINEZ une famille d’oiseaux dont les plumes reflètent presque toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. En vol, ces oiseaux surclassent certains des insectes les plus rapides. Ils font également partie des rares espèces qui s’organisent en familles, dont les membres s’entraident pour élever la portée. Ce ne sont là que trois des nombreuses caractéristiques fascinantes des guêpiers.

 

   Mais la plus frappante des trois est la diversité de leurs couleurs chatoyantes. Beaucoup d’oiseaux insectivores ont une livrée terne et passent inaperçus. En revanche, les guêpiers se distinguent par des couleurs d’une variété inégalée et par des prouesses aériennes incomparables que peu d’observateurs oublieront. Leur plumage revêt des verts, des bleus, des rouges et des jaunes éclatants. Certaines espèces, comme le guêpier d’Europe, arborent toutes ces couleurs à la fois et d’autres encore ! Le guêpier d’Australie est d’ailleurs appelé fort à propos “ oiseau arc-en-ciel ”. 

 

   On peut admirer les guêpiers dans de nombreuses régions d’Afrique, d’Asie, d’Australie, ainsi que dans le sud de l’Europe. Mais c’est un spectacle qui s’apprécie en pleine nature, car il est rare de trouver des guêpiers en captivité.

 

 

De la haute voltige

 

   Les guêpiers sont des spécialistes de la capture d’insectes en plein vol. Et puisqu’ils ont un faible pour les insectes gros et rapides, comme les abeilles, les guêpes et les frelons, ils doivent se montrer à la fois vifs et agiles. Leur vue perçante est un atout indéniable. Le guêpier européen peut repérer une guêpe ou une abeille à 100 mètres de distance. 

 

   Souvent, pour attraper leur proie, les guêpiers se perchent sur une branche saillante et saisissent d’un coup de bec les insectes au passage. Certains utilisent cependant la technique du bombardement en piqué : ils fondent sur l’insecte depuis les hauteurs. D’autres espèces ont une méthode encore plus complexe. L’oiseau commence par voler derrière l’insecte et plus bas que lui, souvent au ras du sol, en dehors du champ visuel de sa proie. Puis il accélère légèrement, lève la tête et cueille l’insecte avec son long bec.

 

 

   En Afrique, des guêpiers n’hésitent pas à se faire aider pour trouver leur pitance. Ils volent près de gros animaux, d’oiseaux ou de véhicules qui font s’envoler des insectes. Le guêpier écarlate s’offre même une excursion sur le dos d’une autruche, d’une chèvre ou d’un zèbre. Ces hôtes lui permettent de disposer d’un perchoir tout confort et font lever criquets et sauterelles dont il se nourrit. Les feux de brousse attirent eux aussi les guêpiers écarlates, qui viennent se remplir le jabot de sauterelles fuyant les flammes.

 

 

Bain de soleil, lissage des plumes et toilette

 

   Un vol rapide réclame des plumes en parfait état. Le guêpier a plus d’un tour dans son bec pour se débarrasser de ses parasites et garder son plumage propre. Cet entretien est essentiel. Le guêpier consacre en moyenne 10 % de sa journée à cette “ mesure de confort ”.

 

   Tout en se chauffant au soleil du matin, le guêpier a l’habitude de se lisser les plumes. Il semble en effet que, sous l’effet de la chaleur, les parasites soient plus actifs et plus faciles à ôter. Certaines espèces de guêpiers aiment se livrer à des bains de soleil collectifs au cours desquels plusieurs oiseaux prennent la même posture. Dos au soleil, ailes déployées, on dirait qu’ils imitent un groupe de touristes paresseusement allongés sur la plage.

 

   Les séances de toilette sont moins fréquentes et se résument habituellement à une petite trempette dans une flaque en plein vol. Dans les régions sèches, le guêpier doit se contenter d’un bain de poussière. Après quoi, il prend systématiquement le temps de se lisser les plumes et de s’épouiller. C’est principalement ainsi que le guêpier se débarrasse chaque jour de ses parasites, hôtes indésirables des oiseaux qui nichent dans des terriers.

 

Inséparables

 

   La plupart des guêpiers sont d’un naturel grégaire. Plusieurs espèces se regroupent en grandes colonies nidificatrices comptant jusqu’à 25 000 individus. Ils élisent souvent domicile sur les berges sablonneuses d’un cours d’eau où il est facile de creuser un terrier. Leur nombre leur assure une plus grande protection contre les prédateurs. De plus, ils s’entraident pour trouver rapidement les endroits regorgeant de nourriture. Même quand ils chassent, les guêpiers ne se séparent pas ; ils gardent le contact grâce à leurs appels perçants.

 

   Chez certaines espèces, comme le guêpier à front blanc, la famille élargie tout entière veille sur la couvée. En général, ceux qui sont issus des précédentes couvées assistent leurs parents ; grâce à leur aide, le nombre des oisillons atteignant l’âge adulte est deux fois plus élevé. Ces assistantes maternelles “ apportent leur soutien dans toutes les tâches liées à la reproduction : creuser le nid, couver les œufs et, par-dessus tout, nourrir les jeunes.

 

   Les guêpiers aiment particulièrement se percher en famille. Chaque oiseau se presse tellement contre son voisin qu’il donne l’impression de vouloir figurer absolument sur la photo ! Parfois, tout un groupe d’oiseaux s’agglutinent sur une petite branche. Cela leur permet sans doute de se tenir chaud pendant les nuits froides.

 

Péché mignon

 

   Récemment, les guêpiers se sont spécialisés dans la consommation des criquets, notamment en Afrique de l’Ouest où les criquets migrateurs vivent en abondance et font des ravages. Le guêpier écarlate a même modifié ses habitudes de nidification et de migration pour tirer parti de cette denrée en profusion. À présent, il suit les essaims de criquets le long du fleuve Niger.

 

   Toutefois, les guêpiers ont un faible pour les abeilles, leur plat préféré. Voilà qui ne les rend guère sympathiques aux apiculteurs ! D’un autre côté, ils se nourrissent aussi de guêpes et de frelons, prédateurs naturels des abeilles. De plus, à l’automne, ils mangent les abeilles vieilles et malades susceptibles d’infecter la ruche.

 

   Quand ils attrapent des insectes pourvus d’un aiguillon, les guêpiers prennent soin de ne pas les avaler avant d’avoir ôté leur venin. Généralement, ils choisissent un perchoir approprié et frottent minutieusement l’abdomen de l’insecte sur la branche, de façon à exprimer le venin. Ils ferment même leurs paupières pour ne pas recevoir du venin dans l’œil.

En raison de cette habitude, le guêpier écarlate est appelé en Afrique de l’Ouest “ le cousin du feu ”.

 

   Par conséquent, si vous habitez une région où vivent les guêpiers, pourquoi ne pas prendre un peu de temps pour savourer le spectacle incomparable de leurs acrobaties aériennes multicolores ?

 



22/06/2012
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Nature pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres