TERRE D'OISEAUX

TERRE D'OISEAUX

L'observation des oiseaux

 

L’observation des oiseaux : un passe-temps passionnant

 

“ Pour qui observe les oiseaux, la vie est une succession ininterrompue de surprises. ” William Hudson, Le livre d’un naturaliste (angl.).

 

 

 

Un régal pour tous

 

 

   Partout dans le monde, observer et écouter les oiseaux est très agréable. Avec plus de 9 600 espèces, ce ne sont pas les occasions qui manquent ; il suffit d’ouvrir l’œil.

 

   La traînée colorée d’un colibri ou d’un martin-pêcheur, rapides comme l’éclair, force l’émerveillement. Et qui ne s’arrête pas en entendant le répertoire sublime d’un moqueur, d’un rossignol ou d’un oiseau-lyre superbe ? Qui n’est pas captivé par le cri caractéristique du coucou gris ou par le gloussement harmonieux du corbeau flûteur à dos noir ?

 

 

   Observer les oiseaux, c’est les surprendre à l’état sauvage. L’exercice peut être plus ou moins physique, selon les goûts de chacun. Tout le monde n’a pas envie de patauger dans les zones inondées ou de courir les montagnes en quête d’un spécimen rare.

 

   De nombreuses personnes se contentent d’observer les hôtes de leur cour ou de leur jardin et trouvent cela déjà très délassant. Beaucoup installent dans leur propriété une mangeoire et un point d’eau pour attirer la gent ailée du coin. Le nombre de “ mordus ” augmente d’année en année. Pour eux, l’effort en vaut la peine.

 

 

Les raisons du succès

 

   Regardez une fois un oiseau avec l’œil d’un orniguetteur, et vous vous prendrez d’une passion qui ne vous quittera plus. L’observation de la faune aviaire est contagieuse. Activité de plein air distrayante et peu coûteuse, elle fait également travailler le cerveau. Ce sont les joies de la chasse sans la mort de l’animal.

 

   Les adultes comme les enfants s’y mettent vite, de sorte qu’on peut s’y livrer en famille ou entre amis. Mais ce peut être aussi un exercice solitaire.

 

   L’observation des oiseaux est un passe-temps pur et sain que l’on peut pratiquer presque partout du 1er janvier au 31 décembre.

 

Principes de base

 

   Quand vous voyez un oiseau, vous demandez-vous parfois ce que c’est ?

 

   On éprouve une certaine satisfaction à savoir reconnaître autre chose que les espèces majestueuses comme le paon, le cygne ou l’aigle ; par exemple les engoulevents et les fourniers, animaux discrets, les bécasseaux, qui se ressemblent tous, ou les parulines, aux couleurs d’automne.

 

   Pour les identifier, il vous faudra un guide d’identification des espèces du pays ou de la région, livre de poche où sont représentés et décrits le mâle et la femelle de chaque espèce. Les meilleurs renseignent également le lecteur sur les variations saisonnières du plumage et sur la livrée des sujets immatures.

 

   De quoi le débutant a-t-il encore besoin ?

 

   Une bonne paire de jumelles est à l’orniguetteur ce qu’une canne à pêche et une épuisette sont au pêcheur. Vous serez surpris par les détails que vous remarquerez avec cet appareil chez les oiseaux de votre région. En Afrique, par exemple, l’hippopotame est trop gros pour passer inaperçu. Mais, sans jumelles, vous risquez de ne pas remarquer le pique-bœuf à bec rouge qui, perché sur son dos, se nourrit de parasites.

 

 

   Toutes les jumelles ne sont pas conçues pour l’observation des oiseaux. Le mieux est encore de les essayer.

 

   Les orniguetteurs aiment bien les 7 × 42 et les 8 × 40. Le premier chiffre correspond à l’indice de grossissement, le deuxième au diamètre des grandes pupilles (exprimé en millimètres). On peut ainsi distinguer les couleurs même quand la lumière est faible. Un indice de grossissement supérieur n’est donc pas nécessairement préférable. C’est la luminosité qui compte.

 

Débutants: commencez autour de chez vous

 

 

   Avant de partir à la recherche d’oiseaux rares ou difficilement observables, mieux vaut apprendre à connaître les oiseaux de sa localité : quels sont ceux qui y résident en permanence ou qui semblent ne jamais se poser, parce qu’ils rejoignent un lac ou un marais voisin par exemple ? Quelles espèces ne font que passer dans le cadre de leurs migrations saisonnières ?

 

 

   Certains migrateurs peuvent faire une halte près de chez vous pour se reposer et reconstituer leurs réserves d’énergie. Des inconditionnels ont identifié plus de 210 espèces d’oiseaux dans leur jardin. Il est intéressant et instructif de noter chaque année les dates auxquelles vous avez vu pour la première et pour la dernière fois telle ou telle espèce.

 

 

L’observation proprement dite

 

   Avec vos jumelles autour du cou et votre guide dans la poche, vous voilà maintenant prêt à pousser vos investigations au-delà de votre jardin. Les parcs naturels proposent souvent la liste des oiseaux qu’ils abritent. Ces documents indiquent généralement à quelle saison ils sont observables et quelles sont vos chances de les rencontrer. Ils vous seront utiles pour vérifier vos observations.

 

   Si vous pensez voir un oiseau listé comme rare, alors vous feriez bien de le regarder plus attentivement, surtout si vous êtes un novice (voir l’encadré “ L’a b c de l’identification ”). Par contre, si l’espèce est citée comme abondante, c’est que vous l’avez probablement bien identifiée.

 

   Procurez-vous au préalable une carte indiquant les sentiers et le genre de milieux que vous trouverez. La faune ailée est en principe plus riche là où deux milieux ou plus se rencontrent. Que vous bougiez ou que vous restiez à l’affût, essayez de vous fondre dans le décor, et laissez les oiseaux venir à vous. Soyez patient.

 

   En certains endroits, les amoureux des oiseaux peuvent appeler un service téléphonique qui les tient au courant des dernières observations intéressantes réalisées dans la région.

 

La valeur de la préparation

 

   Il est passionnant de traquer un oiseau bien précis ; mais il est avantageux de bien se documenter auparavant sur l’espèce en question. Peut-être envisagerez-vous de vous déplacer pour assister en personne à un événement particulier, comme les fabuleux ballets aériens de certaine espèce de bécasse au début du printemps, le passage des oiseaux migrateurs en Israël ou le rassemblement massif des cigognes blanches à Gibraltar ou dans le Bosphore avant leur migration vers l’Afrique à l’automne.

 

   Évidemment, traquer quelque oiseau bien précis n’a rien de commun avec la visite d’un monument historique qui, lui, ne risque pas de bouger. La gent ailée ne tient pas en place. Elle déborde de vie, regorge de diversité et réserve des surprises sans nombre. Mais la patience et les efforts requis sont largement récompensés.

 

   C’est tout cela qui fait de l’observation des oiseaux une activité passionnante. Les préparatifs les plus élaborés ne sont pas une garantie que les oiseaux seront au rendez-vous, du moins pas ceux que vous cherchiez. Mais qui sait quelles surprises vous attendent ? Une chose est sûre, les oiseaux ne vous décevront jamais. Soyez seulement patient. Profitez-en bien !

 

   Pour l’observateur, les oiseaux se divisent en huit grandes catégories : 1) les nageurs (canards et alliés), 2) les acrobates aériens (goélands, mouettes et alliés), 3) les grands échassiers (hérons et grues), 4) les petits échassiers (pluviers et bécasseaux), 5) les gallinacés (grouses et cailles), 6) les oiseaux de proie (faucons, aigles, hiboux et chouettes), 7) les passereaux (ou percheurs) et 8) les non-passereaux de plaine.

 

L’a b c de l’identification

 

 

   Devant un oiseau que vous ne connaissez pas, posez-vous quelques-unes des questions suivantes :

 

1. Quel type de coloration présente-t-il ? Son plumage est-il uni, rayé, tacheté ou moucheté ?

 

 

2. Dans quel milieu l’ai-je repéré : eau, marais, marécage, prairie ou forêt ?

 

 

3. Quelle est sa taille ? Comparez avec celle d’oiseaux communs (moineau, rouge-gorge, pigeon ou faucon).

 

 

4. Comment se comporte-t-il ? Chasse-t-il les insectes, marche-t-il, plane-t-il, hoche-t-il la queue, la porte-t-il levée ou baissée ?

 

 

5. Quelle est la forme du bec : court et pointu, court et épais, long, incurvé vers le haut ou vers le bas ?

 

 

 

 

En faisant attention à ces caractéristiques et en consultant un guide ornithologique élémentaire, même le novice peut apprendre à reconnaître les espèces courantes.

 

 



22/06/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Nature pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres